MA CHERIE - LAURENCE PEYRIN

MA CHERIE
Auteure : Laurence PEYRIN
Aux Editions Calmann-Levy - 318 pages

Née dans un village perdu du sud des États-Unis, Gloria était si jolie qu’elle est devenue Miss Floride 1952, et la maîtresse officielle du plus célèbre agent immobilier de Coral Gables, le quartier chic de Miami.
Dans les belles villas et les cocktails, on l’appelle « Ma Chérie ». 

Mais un matin, son amant est arrêté pour escroquerie. Le monde factice de Gloria s’écroule : rien ne lui appartient, ni la maison, ni les bijoux, ni l’amitié de ces gens qui s’amusaient avec elle hier encore.

Munie d’une valise et de quelques dollars, elle se résout à rentrer chez ses parents. Dans le car qui l’emmène, il ne reste qu’une place, à côté d’elle. Un homme lui demande la permission de s’y asseoir. Gloria accepte.


Un homme noir à côté d’une femme blanche, dans la Floride conservatrice de 1963…Sans le savoir, Gloria vient de prendre sa première vraie décision et fait ainsi un pas crucial sur le chemin chaotique qui donnera un jour un sens à sa nouvelle vie…



Mon avis

Chooga Pines a vu naître Gloria, Mercy, Hope Merriman "Gloire, Pitié, Espoir". Le papa "avait eu la main lourde". Pas de chance, affublée d'un strabisme, de santé fragile dès la naissance, la gamine fût gratifiée d'un surnom vachard par les fillettes de l'école : Soeur Bigleuse !

De vilain petit canard, la jeune Gloria va devenir cygne : Miss Floride quelle revanche sur ses petites tortionnaires. Il n'y avait guère qu'avec Ben qu'elle était bien, à parcourir la mangrove, se crotter à la pêche aux écrevisses bleues. Soeur Bigleuse intrépide déjà, montait aux arbres plus vite que les garçons !

Des bleus, Gloria en a assez pris enfant ! alors lorsque G.Grayson, magnat immobilier du Miami huppé, l'enveloppe d'un Ma Chérie sucré, dans une vie de sultane privilégiée, elle se laisse porter. 

Réveil brutal pour Ma Chérie. Fauchée, amies disparues, bébé à venir vont la ramener à la mangrove, honteuse de devoir croiser le regard d'un père bucheron qui la considère comme la "poule" d'un homme marié. Gloria s'est perdue ! 

L'auteure nous permet de la voir grandir, prendre enfin sa vie en mains sans la confier à un homme, qu'il soit photographe ou escroc. Miss Bigleuse enfouie pendant des années va remettre Gloria sur les rails. Une rencontre va lui faire prendre conscience de la brutalité du quotidien de son époque -ségrégation, après guerre de Corée- des difficultés de vivre de ceux qui l'entourent désormais. 

Vous vous dites encore une histoire romanesque, ce serait extrêmement réducteur ! Les héroïnes de Laurence Peyrin, Gloria comme Maggie, sont ancrées dans leurs sociétés, montrent que les femmes les ont fait évoluer. Des suffragettes comme Émily Davidson à Rosa Parks, toutes ont ouvert un monde des possibles. Le monde a évolué grâce à elles.

Ma Chérie apprend la difficulté de s'affranchir d'un avenir écrit, prend conscience de la réprobation de la bien-pensance, face à la mixité raciale comme pour Jack et Rose Merriman obligés de s'exiler dans un village reculé pour vivre leur amour. Ils auraient dû nommer leur fille Victoire car pour une descendante de Séminole épouser un Américain blanc était mal toléré. 

Gloria ne se laissera pas imposer ses choix, ils s'imposeront à elle comme des évidences.

Laurence Peyrin a un style très cinématographique, je n'imagine pas qu'elle ne soit pas adaptée un jour.
Elle est une conteuse particulièrement douée, faire naître des images, des émotions, donner corps à des personnages fictifs de telle sorte qu'ils ne vous quittent plus, c'est chaque fois sa réussite. L'histoire contée est l'occasion d'entrer dans une époque, choisie pour sa symbolique, portée par la destinée de femmes dont l'Histoire a fait des "héroïnes" devenues inoubliables à l'image d'Erin Brockovich-Ellis ou Rosa Parks. 

Les romans de Laurence Peyrin, celui-ci ne fait pas exception, n'a pas le temps d'entrer dans ma "Pile à lire", c'est un rendez-vous immédiat, attendu, chaque fois réussi. Un coup de coeur !


Ma B.O du Roman : (aimablement fournie par l'auteure - vous comprendrez en lisant le roman...)
Ben E. King - STAND BY ME




ECORCES VIVES - ALEXANDRE LENOT

ECORCES VIVES 
Auteur : Alexandre LENOT 
Aux EDITIONS ACTES SUD -Actes Noir
208 Pages

C’est une région de montagnes et de forêts, dans un massif qu’on dit Central mais que les routes nationales semblent éviter. Un homme venu de loin incendie la ferme dans laquelle il espérait un jour voir jouer ses enfants, puis il disparaît dans les bois. La rumeur trouble bientôt l’hiver : un rôdeur hante les lieux et mettrait en péril l’ordre ancien du pays. Les gens du coin passent de la circonspection à la franche hostilité, à l’exception d’une jeune femme nouvellement arrivée, qui le recueille. Mais personne n’est le bienvenu s’il n’est pas né ici.
Écorces vives est construit sur une tension souterraine, un entrelacs de préjugés définitifs et de rancœurs séculaires. De ce roman noir – qui est aussi fable sociale, western rural, hommage aux âmes mélancoliques et révoltées – sourd une menace : il faut se méfier de la terre qui dort…



Mon avis :

Un roman noir illuminé de la présence des femmes, d'un verbe exigeant. Si vous cherchez un moment d'inscouciance, passez votre chemin. Alexandre Lenot vous brosse à rebrousse-poils un récit où les femmes sont belles, fortes presque à leur insu, évoquent la rudesse d'un monde reculé avec tendresse pour ces hommes taiseux, brutes de s'être frottés à des hivers rugueux.

La terre, la guerre, l'héritage, les hommes. les femmes solides, douces, maternelles, sauvages pourtant, aident à vivre dans ce monde hostile. Lison, Louise, Céline fragiles et robustes à la fois ; prêtent à se battre s'il le faut.

Le noir du monde se dispute à la poésie du style anachronique dans cet environnement montagnard, rebelle, où les arbres prennent soin de leurs racines, comme les hommes s'y accrochent rudement.  Une vibrante ode au territoire. A la magie de la nature, de la rencontre Louise et Eli, écorcés par la vie, mais vibrants encore, vivants doucement.

Les nombreux destins croisés additionnés à l'écriture sophistiquée rendent la lecture absorbante. Pas de distractions possibles dans la description des lieux, liens, personnages, tout est tendu jusqu'au dénouement.

Une plume lente, délicate et rude, qui vous visse résolument au récit mordant de la vie des habitants accrochés à leur territoire déserté, jusqu'à l'épilogue.

Un premier roman de la sélection 68 Premières Fois qui ne laisse ni indifférent, ni indemne. Hâte de découvrir le second opus.


Ma B.O. du roman :

Un amico ("La poursuite implacable") Ennio Morricone


Sélection 2019


DANS SON SILENCE - Alex MICHAELIDES

DANS SON SILENCE
Auteur : Alex MICHAELIDES
Editions CALMANN-LEVY - 378 pages

Alicia, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari défiguré par des coups de couteau fatals, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée, Alicia ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.
Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychiatre, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alicia. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alicia s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…
Dans la veine de Mensonges sur le divan d’Irvin Yalom, un redoutable mélange de suspense et de psychanalyse qui ravira tous les lecteurs avides d’histoires prenantes.


Mon Avis :


Thriller psychologique redoutable, impressionnant de maîtrise, j'ai dévoré ce premier roman d'Alex Michaelides. Un "WHAOU" retentissant aux lèvres, à la fermeture du livre !

Une couverture intrigante représente Alicia, sans bouche. Patiente maintenue dans un brouillard médicamenteux depuis son crime, à la clinique Grove, Christian West son psychiatre, ne cherche pas à lui rendre la parole...

Théo Faber, jeune psychothérapeute ambitieux, lui, est fasciné par Alicia. Il espère lui rendre la parole.

 Il aura fallu six ans à Théo pour obtenir le poste de psychothérapeute à Grove, convaincre qu'il était possible de lui rendre la parole.

De passé à présent, Théo va enquêter sur la criminelle, ses proches. Alicia a abattu son époux de 4 balles dans la tête, pas une, non, elle a tiré à quatre reprises ! Au procès, elle ne s'est pas défendue... coupable puisque incapable d'expliquer son geste. Muette.

Alex Michaelides nous embarque dans un suspense rythmé, angoissant, nous suspend aux découvertes de Théo.

L'auteur nous bluffe, nous manipule à son gré. Les rebondissements sont nombreux, inattendus, la chute époustouflante, rien de moins ! Des chapitres brefs, calibrés, qui révèlent le point de vue d'Alicia via son journal intime, celui des voisins, amis, famille, pas si aimants qu'il n'y paraît. On découvre Alicia, son mutisme, son intelligence, sa peur.

On nous parle de silence, mais aucun temps morts, aucune longueur, un récit renversant pour un épilogue stupéfiant ! Une intrigue brillante, ingénieuse, très efficace. Quel choc, cette fin qui laisse bouche bée...

Un bémol pour le résumé de la quatrième de couverture qui n'est pas totalement en corrélation avec le récit, c'est dommage parce que l'illustration elle, est une belle interprétation, très juste. 
Voici un roman passionnant qui n'est pas prêt de quitter ma mémoire. Une excellente surprise !


Ma B.O. du livre :

Catherine's Sorrow - Jerry Goldsmith


LE BERCEAU - FANNY CHESNEL

LE BERCEAU
Auteure : Fanny CHESNEL
Aux Editions FLAMMARION - 272 PAGES

Joseph fabrique le berceau de sa première petite-fille, lorsqu’un coup de téléphone l’interrompt. Un crash d’avion : son fils dedans, son gendre aussi. Et la petite alors ? Sauve, bien vivante ! Prête à naître, car grandissant dans le ventre d’une mère porteuse canadienne choisie par le couplehomosexuel. Joseph n’a jamais foutu les pieds hors de sa Normandie natale, il a passé sa vie dans une ferme, vendu ses vaches, enterré sa femme : il n’a plus que cette enfant en tête. Alors il part. À la rencontre de la minuscule promesse qui prolonge l’existence de son fils. À la rencontre de la jeune étrangère, farouche et indomptable, qui la couve. Rien n’est simple dans cette histoire, mais il se lance, à plein régime, dans une réinvention audacieuse et poignante de la famille contemporaine.


Mon avis :


Joseph marche sur le fil de son chagrin, pour ne pas sombrer, il s'accroche à un espoir ténu. Cette gamine dont il n'a vu qu'une échographie qu'il n'a pas pu traduire, sa femme Marie-France, n'est plus là pour le soutenir, lui montrer.

Il y a bien Aude, si belle, sa fille qui le regarde se débattre avec sa peine. Joseph n'a pas été un père présent, il partait avant le lever de sa famille, rentrait lorsque tout le monde était couché. Sa vie : la campagne, les vaches ses compagnes. Sa femme s'est contentée d'être là, d'élever les enfants, de le comprendre, l'aimer. Égoïste, Joseph ? incontestablement, bourru ? incroyablement.

Pourtant il a été tellement heureux Joseph, que son rejeton soit amoureux, avec un homme, la belle affaire... Heureux, c'était bien suffisant pour lui, puis ils ont eu cette envie de famille, trouvé cette jeune femme qui a accepté de leur offrir ce cadeau, la vie, cette gamine dont ils ont accompagné l'arrivée.

Pendant que Joseph préparait son berceau, le drame. 

Ce roman aborde des thèmes sensibles, l'homosexualité, la gestation pour autrui, le deuil, sans moralisation ou pathos Abigail l'empêche avec sa spontanéité. L'écriture fluide de l'auteure emmène le lecteur au coeur d'une histoire tendre, douce-amère, qui nous rappelle que notre Histoire est liée à celle de "La belle province", nous fend la face d'un sourire de connivence.

Le style de Fanny Chesnel, rend léger, émouvant, ce roman qui vous positionnera les zygomatiques en position haute, pour mieux vous faucher en plein coeur avec ses personnages émouvants, attachants.

Joseph rêve de s'offrir une famille tricotée serrée avec cette gamine, un petit bout, descendance de son Emmanuel. Rebattre les cartes et s'offrir une partie gagnante avec une famille composée d'amour.

Pas de suspense dans ce roman "feel-good", non, pourtant on s'y plonge entre émotion et humour. On saisit la main de Bichon dans sa quête de descendance, on le voit perdu dans son chagrin, on l'accompagne sur son chemin aventureux pour devenir grand-père. Recueillir ce magnifique cadeau que lui offre la vie, une raison de rester jeune, debout, déterminé à surmonter toutes les difficultés qui pourraient lui barrer la route.

Un petit bonheur de 272 pages aussi poétique que la couverture le laisse deviner. Merci Fanny Chesnel pour ce joli voyage littéraire.


Ma B.O. du roman :

Teri Moise - Je serai là



SAN PERDIDO David ZUKERMAN

SAN PERDIDO
Auteur : David ZUKERMAN
Aux Editions Calman Levy - 410 pages

Un matin de printemps, dans la décharge à ciel ouvert de San Perdido, petite ville côtière du Panama aussi impitoyable que colorée, apparaît un enfant noir aux yeux bleus. Un orphelin muet qui n’a pour seul talent apparent qu’une force singulière dans les mains.
Il va pourtant survivre et devenir une légende. Venu de nulle part, cet enfant mystérieux au regard magnétique endossera le rôle de justicier silencieux au service des femmes et des opprimés et deviendra le héros d’une population jusque-là oubliée de Dieu.






Mon Avis :

Une petite ville côtière du Panamá aussi colorée qu'une favela brésilienne, San Perdido laisse vivre ses pauvres dans la ville basse au creux d'une décharge à ciel ouvert quand ses nantis vivent dans la ville haute, le Plato Del Sol, bien à l'abri... enfin, le croient-ils !

Il ne fait pas bon être une jolie petite fille à San Perdido, un enfant différent non plus.

Félicia vit là depuis bien longtemps, elle vieillit. Voilà qu'un gamin taiseux aux yeux bleus apparaît un beau matin, des battoirs à la place des mains. Une force incroyable pour ses 10 ans, capable d'extraire et de plier la ferraille comme personne. Elle se prendra d'affection pour ce petit bonhomme pas comme les autres, le nommera "La Langosta". 

Yerbo Kinwston dit "La Langosta" n'est pas un homme comme les autres. Il écoute. Il voit ce que peu savent voir. Il connaît son histoire. Personnage marquant du roman, il est aussi lumineux que son regard, aussi sombre que sa peau. 

David Zukerman offre un roman captivant, au rythme soutenu qui insuffle le suspense, chargé d'émotions, des personnages attachants comme Hissa, Madame, le docteur Portillo-Lopez. Tous existent, vous embarquent, qu'ils soient prédateurs, corrompus ou proies, grâce à l'écriture descriptive de l'auteur. 

Un conte moderne poétique, cruel, audacieux, pour raconter comment la vie triomphe de la misère, de la peur, de la cupidité, s'épanouit grâce à l'amour, grâce à la justice expéditive parfois... La magie opère dans ce milieu dangereux ! Un roman très cinématographique entre réalisme et merveilleux.

Les dix premières pages, un peu mystérieuses, vous apparaîtront plus claires au fil des chapitres, le suspense est intense, on n'échappe pas à San Perdido.

Un auteur à suivre, ce premier roman est une pépite.

Ma B.O. du livre :
FIO MARAVILLA de Nicoletta