ROLAND EST MORT

Editions Anne Carrière        250 pages


Roland est mort. Les sapeurs pompiers l'ont retrouvé la tête dans la gamelle du chien. Ils viennent enlever le corps et se débarrassent du caniche en le confiant à son voisin de palier, un homme proche de la quarantaine, au chômage, très seul.

Roland est mort depuis une semaine. Son voisin ne le connaissait pas vraiment, mais il aurait dû s’en douter : il n’entendait plus les chansons de Mireille Mathieu, derrière le mur.

Il écope du chien puis de l'urne contenant les cendres du défunt. Que faire de ce lourd héritage chargé de poils et de céramique ?

Le voisin va tout tenter pour s'en débarrasser, mais en a-t-il vraiment envie ?

Ce livre est un ovni. La force des mots, l’immense sensibilité qui s’en dégage font qu’il laisse une trace et qu’on le quitte avec regret.

Mon avis :

C'est vrai, ce livre est un Ovni. La narration d'une vie ordinaire qui va devenir extraordinaire, par la quête pour savoir qui était Roland, de ce pauvre voisin dont on peine à retenir le nom, le connaît-on d'ailleurs.....
Roland est mort, c'est le leitmotiv de cette histoire. Comment Roland est-il mort, seul, ou plutôt non, avec pour seule compagnie celle de Mireille, sa chienne caniche. Mais Roland va envahir la vie de son voisin qui n'était ni prévenu, ni d'accord, d'abord avec Mireille qu'il faut bien casée quelque part, puis avec son urne funéraire affublée d'une mésange bleue. le voisin, la quarantaine bedonnante, chômeur, célibataire, le coeur brisé : elle lui a dit "Je ne t'aime plus" et voilà, l'appartement, le canapé, les films pornos et les visites à Pôle emploi. Addict au campari, son remède à tout. Là vous vous dites "oups trop pathétique cette histoire d'une solitude pas assumée". Vous auriez tort, vraiment, ce livre court est un concentré de sourires à vous coincer les zygomatiques et d'émotions. Une écriture directe comme un uppercut et l'histoire ordinaire devient un parcours initiatique qui devait conduire le voisin au soleil et le verra retrouver sa route à Dieppe !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire