LE MATIN EST UN TIGRE - CONSTANCE JOLY

LE MATIN EST UN TIGRE
Auteure : Constance Joly
Edtions Flammarion - 154 pages 

Depuis quelques mois, la vie d'Alma se hérisse de piquants. Sa fille souffre d'un mal étrange et s'étiole de jour en jour. Tous les traitements échouent, et les médecins parlent de tumeur. Mais Alma n'y croit pas. Elle a l'intuition qu'un chardon pousse à l'intérieur de la poitrine de son enfant. On a beau lui dire, son mari le premier, que la vie n'est pas un roman de Boris Vian, Alma n'en démord pas. 

À quelques heures d'une opération périlleuse, son intuition persiste. 

Il ne faut pas intervenir. C'est autre chose qui peut sauver sa fille. Elle, peut-être ?

Dans une langue merveilleusement poétique et imagée, Constance Joly met en scène l'histoire de ce que l'on transmet, malgré nous, à nos enfants. Le matin est un tigre parce que, certains jours, la vie est un combat et qu'il faut bien arriver à s'en débrouiller.



Mon avis :

Billie, 15 ans est atteinte d'un mal étrange. Alma, sa mère, se laisse envahir par la peur. Chaque jour, l'invisible petite valise de cuir qu'elle porte s'alourdit de son chagrin et de son impuissance. 

Constance Joly nous offre un conte poétique pour dire la difficulté d'être mère. L'Alma mater. Billie est son alter ego. Elle prend soin de sa mère, la console, la rassure. Un seul coeur fait battre leur amour. Ce roman décrit le poids de la transmission inconsciente, la force du lien.

La poésie du texte rend captivant le récit. Ce passage à l'âge adulte que certains adultes se refusent à faire, s'impose à eux parfois au gré des difficultés de la vie, la maladie de Billie va faire grandir Alma. Lui faire prendre conscience d'affronter sa vie hors de la rêverie.

L'écriture parfaitement équilibrée, sensible, élégante, vous mène par le bout du nez, accrochés aux questionnements d'Alma sur sa vie, son mariage, la violence de la peur de perdre son enfant, la culpabilité. 

Ce conte à la symbolique appuyée une broderie fine, une dentelle bretonne qui vous attache au fil du récit, délicatement avec tendresse. 
Vous donne envie de bousculer Alma. Une vie, c'est court, peut-on refuser de la vivre pleinement ?

Ce premier roman est surprenant, par sa construction, entre allégories et situations très concrètes. Captivant comme un roman initiatique dont on veut absolument connaître l'épilogue. 

Un joli moment de lecture !


Ma B.O. du roman :

Miracles du ciel : NO PAIN de Carlo Silioto


Sélection 2019

LES HOMMES COULEUR DE CIEL - ANAIS LLOBET

LES HOMMES COULEUR DE CIEL 
Auteure : Anaïs Llobet
Editions Humensis - 211 pages


Dans le pays où est né Oumar, il n'existe pas de mot pour dire ce qu'il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ». 


Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et ose embrasser des garçons dans l'obscurité des clubs. Mais il ne vit sa liberté que prudemment et dissimule sa nouvelle vie à son jeune frère Kirem, à la colère muette.


Par une journée de juin, Oumar est soudain mêlé à l'impensable, au pire, qui advient dans son ancien lycée. La police est formelle : le terrible attentat a été commis par un lycéen tchétchène.

Des hommes couleur de ciel est l'histoire de deux frères en exil qui ont voulu reconstruire leur vie en Europe. C'est l'histoire de leurs failles et de leurs cicatrices. Une histoire d'intégration et de désintégration.




Mon avis :


Conter le droit à la différence de manière romanesque est une gageure difficile. L'auteure relève ce défi de décrire l'amour et son revers le plus cruel : la haine. De soi, de l'autre. Deux frères, deux visions d'un monde pour l'un où tout est possible, pour l'autre sans issue.


"Est-ce que les gens naissent égaux en droits

À l'endroit où ils naissent"

La force du récit est de décrire la culpabilité de ceux qui n'ont rien vu à force de se nier eux-mêmes, loin d'imaginer que parfois l'intégration est impossible tant ils se battent eux-mêmes pour y parvenir. 

Conter l'indicible de ce qui a été laissé derrière soi parfois dans l'espoir d'un avenir meilleur, d'un monde meilleur. L'humain reste ce qu'il est : complexe face à ses contradictions, capable d'empathie, de jugements à l'emporte-pièces. Du meilleur comme du pire.

Le texte est court, dense, fort en émotions. Il interroge sur l'identité, les origines, l'espoir et sa perte, l'amour, sa force, son impuissance à endiguer la rage, la peur, la frustration de ceux qui ne trouvent pas leur place. 


C'est un roman touchant, troublant. Combien de Oumar se rêvant Adam ? Simplement jeunes, heureux, rêvant d'insouciance, sont ramenés à l'entrave que peut-être parfois la culture. Ces jeunes hommes, transfuges d'une culture où il est question d'honneur pour les hommes, de larmes pour les femmes, tentent de s'ancrer dans un nouveau sol, nourris aux valeurs de celui qui leur a donné vie.


Peut-on se choisir une patrie, oublié d'où l'on vient ? Le hasard choisi où l'on voit le jour, en est-il de même en ce qui concerne la voie que l'on choisit pour se construire ailleurs ?


Trois personnages liés par un destin tragique, leur exil, leurs choix pour s'intégrer. Ne pas se révolter devant les clichés, les incompréhensions, adopter la bonne attitude pour s'intégrer, douloureux parcours que celui du migrant qui doit renoncer à ce qui l'a construit. Alissa devient Alice, Oumar créé Adam, Kirem s'accroche à son histoire, refuse le monde qui l'entoure.


Un roman bouleversant qui se lit d'une traite, vous emporte dans un tourbillon d'émotions. L'existence n'est pas que grisaille, les hommes couleurs de ciel ont choisi l'amour de la vie.



Ma B.O du roman :


Né quelque part - Maxime Le Forestier




Sélection 2019


PARCE QUE JE T'AIME - Guillaume MUSSO

PARCE QUE JE T'AIME
Editions Poche - Guillaume MUSSO

Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Brisés, ses parents finissent par se séparer.


Cinq ans plus tard, Layla est retrouvée à l'endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme.


À la joie des retrouvailles, succèdent les interrogations. Où était Layla pendant toutes ces années ? Avec qui ?
Et surtout : pourquoi est-elle revenue ?






Mon avis :


Ce roman raconte le temps qui file, la construction, les choix, la culpabilité, l'amitié, la résilience, l'amour, la famille... Il vous embarque dans un suspense intense.


Layla a disparu depuis 5 ans dans un centre commercial de la cité des anges. Nicole, sa mère fait vibrer son chagrin au son du violoncelle. Mark, le père, sombre dans les bas-fonds de New-York. Guidé par un labrador, il enterre son chagrin sous la ville. Il devient SDF.


L'auteur nous offre des personnages écorchés par la vie, fragiles, à la recherche d'une rédemption. Connor, l'ami d'enfance, devenu l'associé d'une réussite construite ensemble. Alyson, petite fille riche à la Paris Hilton. Evie Harper, 15 ans, orpheline rongée par la haine, la tristesse absolue d'avoir perdue sa maman. Le lapin blanc d'Alice aux pays des merveilles veille sur leurs destins. 


Ce livre est un page-turner. Lorsque Layla réapparaît, le récit se tend. Le lecteur est embarqué dans l'enquête de Mark pour comprendre ce qui est arrivé à son enfant. 


Une intrigue fine, ciselée, une écriture directe qui frappe au coeur. Un récit qui donne à réfléchir, touche, embarque, laisse pantois, réconcilie avec la vie. La rencontre de trois destins abîmés par la culpabilité, qui vont devoir affronter leurs peurs. Le lien entre les personnages : le choix qu'ils ont faits un jour pour prendre en mains leur avenir ou y faire face.


Un effet papillon qui bouscule les destinées, les croisent. Le décor se pose en flash-back répétés qui éclairent l'histoire au fil des chapitres. L'épilogue est étonnant, un twist comme on les aime, frappant, paradoxalement logique, surnaturel comme la force de l'amour d'un père pour sa fille.


Un vrai coup de coeur !



Ma B.O. du roman :

Boulevard of Broken Dreams - Lindsey Stirling (Green Day Cover)


LA PUNITION QU'ELLE MERITE ELIZABETH GEORGE

LA PUNITION QU'ELLE MERITE
Auteur : Elizabeth George
Editions Presses de la cité - 667 pages

Ludlow, bucolique bourgade du Shropshire, tombe dans l'effroi lorsque le très apprécié diacre 
Ian Druitt est accusé de pédophilie. Placé en garde à vue, le suspect est retrouvé mort, pendu. 


La commissaire Isabelle Ardery, qui a été dépêchée sur les lieux depuis Londres et qui se débat 
avec ses problèmes d'alcool, a bien envie de classer l'affaire en suicide. 

Mais c'est sans compter la sagacité du sergent Barbara Havers. Coachée à distance par l'inspecteur Thomas Lynley, la Londonienne gaffeuse et accro à la nicotine flaire le pot aux roses : et s'il ne s'agissait pas d'un suicide ? 

N'en déplaise à Isabelle Ardery, Lynley et Havers vont reformer leur duo de choc pour observer de plus près la vie de cette petite ville qui semblait si paisible. Car, derrière leurs allures de gentils retraités ou d'étudiants fêtards, les habitants de Ludlow ont tous quelque chose à cacher... 


Mon avis :

Pour les aficionados comme moi du couple improbable d'enquêteurs : Lord Lynley, Barbara Havers, attendre environ 200 pages pour qu'ils officient ensemble a été long, mais long... même si les personnages, notamment les jeunes gens Ding, Misa sont attachants.

Durant ce temps, j'ai eu le temps de détester la commissaire Ardery, son alcoolisme et son désarroi aigu. Cette enquête qui démarre lentement met en scène quelques sujets de prédilection d'Elizabeth George : Relations humaines, psychologie des personnages, hypocrisie sociale, éducation, la transmission, moyens de la police.

Ardery est dépêchée pour une enquête rapide qui devra valider le travail des collègues en local. Elle s'adjoint le Sergent Havers pour l'y aider. Son seul crédo, on boucle rapidement, on rentre à Londres... Barbara, avec son flair d'enquêtrice de terrain terriblement efficace, ne veut rien laisser passer. Ardery fait peser sur elle la perspective d'une mutation au bout de l'Angleterre, si elle ne reste pas dans ses clous....

L'intrigue est bien ficelée. Le suspense haletant. Le décor de la vie estudiantine avec ses excès bien montré "binge drinking" alcool, sexe etc... Les adultes dans tout cela ? pas épargnés. Qu'ils soient parents, tenanciers de bars, îlotier, tous ont un rôle à jouer dans cette intrigue noire, bien huilée... Les sentiments des personnages sont pleinement ressentis par le lecteur, le style est direct.

Tout s'emboite parfaitement dans ce puzzle géant que l'inspecteur Lynley, avec son flegme tout anglais et son inclassable coéquipière le sergent Barbara Havers, vont imbriquer de main de maître.

On comprend à la fin l'énigmatique titre de ce roman... les victimes se sentent coupables, les coupables s'exonèrent parfois de leur responsabilité.

De l'excellent Elizabeth George, de l'humour avec Barbara en reine des claquettes, même si malgré tout, en fan, je ne me remets pas comme beaucoup de la mort d'Helen qui rend Lynley fragile. 

Pourtant, que l'on ait suivi la série dont ce roman est le vingtième opus ou pas, on ne décroche pas de ce polar sombre et lumineux à la fois.
Un roman idéal pour les vacances !

Je remercie Babelio qui m'a permis de me laisser happer par cette nouvelle enquiête dans le cadre de son Masse-Critique privilégiée.
Mon profil sur Babelio.com


Ma B.O. du roman

Flashing Nuisance Henri Mancini


LES HEURES SOLAIRES - CAROLINE CAUGANT

LES HEURES SOLAIRES
Auteure : Caroline CAUGANT
Aux Edtions Stock - 288 Pages

Alors qu’elle prépare sa prochaine exposition, Billie, artiste trentenaire, parisienne, apprend la mort brutale de Louise. Sa mère, dont elle s’est tenue éloignée


si longtemps, s’est mystérieusement noyée.
Pour Billie, l’heure est venue de retourner à V., le village de son enfance.


Elle retrouve intacts l’arrière-pays méditerranéen, les collines asséchées qu’elle arpentait gamine, la rivière galopante aux échos enchanteurs et féroces, et surtout le souvenir obsédant de celle qu’elle a laissée derrière elle : Lila, l’amie éternelle, la soeur de coeur — la grande absente.


Les Heures solaires brosse le portrait de trois générations de femmes unies par les secrets d’une rivière. Y palpitent l’enfance, l’attachement à sa terre d’origine, l’impossibilité de l’oubli.
Et c’est en creusant la puissance des mémoires familiales que Caroline Caugant pose aussi cette question : les monstres engendrent-ils toujours des monstres ?



Mon Avis :


Bien sombres ces heures solaires. Caroline Caugant nous narre la vie de trois générations de femmes, leurs amours, leurs secrets. Quelques longueurs avant d'entrer vraiment au coeur du récit mais cela vaut la peine de s'installer au bord de la rivière de V.

Adèle, Louise, Billie, trois générations d'amoureuses. Le village de V. pour écrin. C'est là que s'écoule la rivière immuable qui abrite les culpabilités, les regrets, les dessous de leurs histoires. L'eau qui nettoie, tue, efface. Tel Léthé, une rivière de l'enfer pour témoigner du passé.

Billie, amoureuse intermittente, coupable à temps plein d'un crime qui n'en est pas un. Louise héritière du journal d'Adèle, de sa culpabilité. Ces lignes, fils ténus qui occupent l'esprit et gangrènent l'avenir. 

Cette fresque familiale a quelque chose de dramatique, chacune de ses femmes ayant vécu passionnément des heures solaires, lumineuses, puis sombres au coeur de V. 

À l'acmé du roman, l'auteure nous embarque dans la quête de Billie pour comprendre cette mère perdue, qu'elle n'a jamais appelé autrement que Louise, fuie à 17 ans. La place de "l'Oncle Henri", son retour dans sa vie.
D'aller-retour dans la vie de Louise et Adèle, Bill va grandir devenir pleinement Billie. Femme capable de choisir comment vivre ou non son amour avec Paul.

Caroline Caugant impose son tempo à trois temps. Une valse pour nous emporter dans ce voyage initiatique qui permet désormais à Billie, de créer, choisir, aimer. De comprendre son héritage, de se l'approprier, de donner une place à chacun.

On se laisse captiver, flotter dans les eaux tumultueuses du récit de ses femmes animées par la recherche du bonheur. Un roman sensible pour évoquer la filiation mère-fille, le poids des non-dits, le modèle. Louise était mère et femme. Billie le découvre au gré de la plume enveloppante, captivante de l'auteure. La rivière tumultueuse de V. denoue les fils du passé, a quelque chose de mystique, berceau des secrets. Elle s'adoucit pourtant au fil des révélations.


Une belle découverte offerte par la collection Arpège des Editions Stock. Premier roman prometteur de Caroline Caugant sélectionné par les 68 Premières Fois.



Ma B.O du roman :


Beethoven Symphony No3 Eroica


Sélection 2019